Share Button

Ces derniers mois, la tablette numérique connait un très fort engouement  auprès du grand public et des professionnels. Pratique, facile à utiliser et multitâche, ce concentré de technologie suscite de plus en plus l’intérêt des éducateurs dans le cadre du déploiement des environnements numériques de travail. La tablette va-t-elle enfin entrer dans le cartable de nos chères têtes blondes?


Un cartable toujours aussi lourd

Lancé en 2007 pour la première fois dans l’académie de Créteil, le Cartable numérique tendait déjà vers une centralisation des données liées à l’environnement scolaire en regroupant l’emploi du temps, le cahier de texte de la classe et les résultats d’exercice des élèves, le tout consultable en ligne. De plus, ces collégiens ainsi que les enseignants et personnels de direction, pouvaient accéder aux dossiers personnels et partagés, à partir d’un portail personnalisé.

Avec l’introduction du format numérique dans le secteur éducatif, on ne peut s’empêcher de faire le lien avec le poids du cartable car qui dit numérisation des données, dit aussi allégement du matériel. En effet, depuis les années 1980, le poids du cartable des collégiens revient régulièrement au cœur des débats, pour ne pas dire qu’il est devenu un « marronnier » à chaque rentrée. Toujours est-il que l’on n’a pas noté de changement radical en la matière du fait d’absence de solutions applicables à l’ensemble du territoire. De plus, le déploiement de tels produits au niveau national ne demeure pas une priorité pour l’Education Nationale du fait de l’investissement économique que cela représente.

Le tout numérique, la solution à tout ?

Bref, le cartable de vos élèves reste toujours aussi lourd mais avec l’apparition des tablettes, la donne pourrait enfin changer. Mais comment ? Des tablettes numériques récemment proposées par les constructeurs engendrent de nouvelles initiatives pour permettre un véritable basculement vers le manuel « tout numérique ». Depuis la rentrée scolaire 2010, on note la volonté de collectivités territoriales de renouer avec ce type d’opération. Sans doute l’effet « tablette tactile » comme par exemple le plan d’équipement de tous les collégiens dans le Val de Marne annoncé. Autre exemple, entre le 19 novembre 2010 et jusqu’au mois de décembre, 2 500 élèves et 800 enseignants ont reçu une tablette tactile d’Apple.

En optant pour un support numérique, les élèves peuvent facilement accéder au Net via le Wifi, il existe peu de logiciels permettant de filtrer intelligemment l’accès aux contenus choquants, notamment sur l’iPad. C’est pour cela qu’une solution de protection limitant l’accès depuis le serveur de l’établissement serait la plus adaptée aux tablettes : quelque soit le système d’exploitation, Mac, Windows ou Linux, les élèves restent protégés.

La tablette pourrait finir par s’imposer face aux manuels scolaires

Quels seraient les avantages d’un tel produit ?

Ø  Un tarif abordable,

Ø  Plus facile à manipuler pour les élèves, les professeurs et les parents,

Ø  Une adaptabilité du produit selon l’usage et la matière enseignée,

Ø  Le développement possible d’applications scolaires,

Ø  Plus légère et donc plus transportable qu’un ordinateur et des manuels scolaires,

Ø  Une utilisation familière, voire quotidienne selon le profil de l’élève.

Les tablettes numériques induisent alors une nouvelle ergonomie et de nouveaux usages. En tout cas c’est ce que pense Alain Laurent de Génération 5 et vice-président du GEDEM, un éditeur historique qui a connu les débuts des premières ressources et application multimédia dans les années 90. «Dans l’Éducation, une tablette est certainement plus « portable » (en tous cas, plus transportable) qu’un mini PC. Elle est aussi plus rapide à l’allumage, si je puis dire, ce qui est fondamental dans un contexte scolaire. Le tactile est également plus immédiat, plus intuitif, etc. »  Et en même temps, la tablette se situe dans la continuité d’un support familier qui reste aujourd’hui encore très utilisé. « Je veux parler du support papier et notamment du livre. La tablette ressemble au livre, elle se « feuillette », elle n’érige pas non plus la barrière d’un écran entre le professeur et l’élève comme c’est le cas pour les ordinateurs portables » ajoute Alain Laurent.

 

La révolution numérique est-elle enfin en marche ?

Cela reste encore difficile à déterminer du fait de la fracture numérique qui divise encore le territoire français. Les observateurs parlent de plusieurs années pour enfin voir le cartable de vos élèves s’alléger avec le passage au tout numérique. Et vous, votre classe est-elle passée au numérique ?

Source : http://www.ludovia.com/news-126-833.html