Share Button

Retrouvez la seconde partie de l’interview que nous a accordée Albéric Guigou, cofondateur de Reputation Squad, agence spécialisée dans l’eRéputation des entreprises et des particuliers. Cette semaine, il vous explique quels sont les bons réflexes à adopter lorsque votre enfant est un utilisateur régulier du Web 2.0.

Quelles sont les bonnes habitudes que les parents doivent adopter avec leurs enfants?

À ce niveau-là, je pense que les réseaux sociaux font partie de l’éducation, en général. Donc si vous avez donné une bonne éducation à vos enfants, si vous êtes à leur écoute, si vous échangez régulièrement avec eux, vous n’avez pas à vous inquiéter particulièrement des réseaux sociaux. En revanche, si votre enfant va mal, s’il est en situation de conflit avec vous ou à l’école, il faut vous remettre en question parce qu’effectivement les réseaux sociaux peuvent être un outil qui peut être détourné de son objectif initial qui est de tisser du lien amical, d’échanger des documents, etc… Et devenir quelque chose de dangereux pour l’e-Réputation.

Lorsque le mal est fait, que doit faire le parent, l’enseignant, l’éducateur?

C’est extrêmement large, le mal est fait, cela peut aller de l’insulte à un professeur ou alors avoir vu une vidéo de soi que l’on aimerait voir en ligne qui se retrouve diffusé sur une grande échelle. Alors là, tout dépend de la situation, pour les cas les plus légers, par exemple, il ne faut pas hésiter à contacter la personne qui a reprise votre vidéo ou votre photo. Il faut surtout demander à son enfant si l’on voit qu’il a diffusé ou s’il vous le dit lui-même, des contenus qui peuvent être répréhensibles ou juste immoraux, de lui demander de les supprimer de là où il les a déposés. Et enfin pour les situations plus compliquées, faire appel à des sociétés comme la nôtre qui ont l’habitude de gérer ce genre de choses et qui pourraient agir en fonction  de la dimension du problème.

En tant que professionnel, qu’avez-vous constaté comme mauvaises habitudes des jeunes sur les réseaux sociaux?

Alors en termes de mauvaises habitudes, les dérapages les plus importants ne sont pas forcément sur les réseaux sociaux mais plutôt sur les forums et les blogs. Les réseaux sociaux, on est entre soi, donc souvent le problème reste circonscrit, par exemple : Je me moque avec mes amis d’un professeur, j’en reviens souvent à ça mais c’est quelque chose que l’on voit assez souvent. Le professeur ne le sait pas forcément donc ça reste dans la cour de récréation. Les problèmes, on va dire de réputation, apparaît dans Google. C’est-à-dire quand tout le monde y a accès. Vous n’avez pas besoin d’être mon ami pour voir ce que je dis ou ce que quelqu’un dit. Vraiment il faut se soucier de ce qui apparaît dans Google, il faut taper régulièrement son nom et son prénom pour se faire une idée de son e-réputation. Les réseaux sociaux, eux, sont encore en dehors de cette problématique-là.

Justement l’école joue-t-elle un rôle dans la formation des jeunes internautes?

Je le pense sans être un expert du domaine, enfin j’en ai parlé à maintes reprises avec des membres de l’éducation nationale, il y a un effort de sensibilisation qui est fait dans ce sens. Est-il suffisant? Je ne pense pas, on en est encore aux balbutiements du maniement de ces outils. Il est vrai que l’on voit des jeunes qui les utilisent de manière naturelle mais mal. Il est vrai qu’ils passent énormément de temps sur Facebook, énormément de temps sur les messageries instantanées etc. sans respecter quelques règles de base.

Par exemple : fermer sa session quand on quitte un ordinateur public, ne pas donner son mot de passe à n’importe qui. Donc ce sont encore des règles de base à appliquer pour utiliser les réseaux sociaux, comme celle de prendre le temps de s’imprégner des règles d’utilisation du réseau social en question. Un petit quart d’heure : les règles de confidentialité, bien paramétrer son profil… tout en gardant à l’esprit que tout ce que l’on met sur Internet, quelles que soient les règles de confidentialité que l’on a mise en place, tout ce que l’on dépose sur son profil : on sait où on le met, on ne sait pas où cela va finir. Un ami aujourd’hui peut être quelqu’un qui vous veut du mal plus tard. Vous pouvez avoir un bug de la plate-forme de réseau social qui va diffuser des photos sans que vous le vouliez donc il faut être prêt à assumer tout ce que l’on met en ligne même si au départ on a des critères très contraignants.

Retrouvez la fin de l’interview sur Par le Bout du Net. En attendant, si vous avez besoin d’un complément d’information ou si vous souhaitez poser d’autres questions à Albéric Guigou, n’hésitez pas à nous contacter par le biais des commentaires.