Share Button

Young businessman working in office on laptop late in the night

S’il est difficile de trouver qui se cache derrière une fausse identité, ce n’est pourtant pas impossible. Lorsque l’on masque son identité sur Internet, on se sent plus libre de dire certaines choses – même si elles ne sont pas vraies. Sur Internet, le cyber-harcèlement débute souvent par une rumeur lancée par un « anonyme », faisant ensuite des dégâts majeurs sur l’e-réputation de la victime. Face à ce fléau, voici quelques pistes pour trouver qui se cache derrière un faux profil.

1. Si des informations inappropriées ont été postées sur un site Web :

Contactez l’entreprise d’hébergement du site web en question afin de demander sa fermeture pour cause d’harcèlement et demandez à ce que celui-ci  soit fermé pour cause d’abus. Si vous ne connaissez pas l’entreprise d’hébergement, vous pouvez consulter le site « whois.net » : saisissez-y le nom du site Web ou l’abus a été repéré et son entreprise d’hébergement apparaîtra

Quelques conseils de sécurité :

•  Sur les réseaux sociaux, réglez vos paramètres de confidentialité à un niveau sécurisé

•  Ne partagez aucune information sur vous-même que vous ne souhaiteriez pas voir devenir public.

•  Apprenez à votre enfant à créer de façon très simple des groupes d’amis restreints sur Facebook. Vous pouvez  à ce sujet retrouver sur ce lien nos astuces

•  Ne divulguez pas vos identifiants (mail, nom d’utilisateur, mot de passe…)

•  Si  votre enfant laisse un ami utiliser votre smartphone, ,il doit s’assurer qu’il ne contient pas des SMS, images ou autres éléments qu’il voudrait garder privé . En un simple clic et transfert d’un message ou d’une image, vous pourriez devenir la victime d’un cyber-harcèlement.

•  Bloquez et supprimez de votre liste d’amis les personnes désagréables.

•  Sur les réseaux sociaux, n’acceptez pas les gens que vous ne connaissez pas bien.

•  Consultez les conseils de sécurité sur vos sites de réseaux sociaux. Facebook a d’excellentes informations pour les parents et les adolescents

2. Vous recevez des e-mails ou messages de menaces : 

•  Conservez tout d’abord ces messages comme preuve, de quelque nature qu’ils soient. S’il s’agit d’un e-mail, ceci vous permettra de trouver l’adresse IP de l’expéditeur (la plupart du temps dans l’en-tête du message). Une fois cette adresse IP récupérée, vous pouvez facilement retrouver l’identité de l’attaquant.

•  Vous pouvez également transférer les mails de harcèlement à « abuse@(nom de domaine du fournisseur) ».(Le nom de domaine suit le signe @ dans un e-mail). Ceci permettra par la suite de rapporter et demander la fermeture du compte de l’attaquant.

•  Pour les SMS, contactez votre fournisseur de service téléphonique. Demandez à ce que l’origine des messages soit traquée. Cela peut vous aider à traquer le numéro que le cyber-agresseur utilise pour vous envoyer des messages, puis vous conduire à l’attaquant.

3. Recherchez des indices :

Faites une liste de personnes suspectes qui pourraient avoir lancé l’attaque : parlez-en avec votre enfant, demandez lui s’il saurait quelles personnes de son entourage seraient selon lui susceptibles d’avoir lancé l’attaque. Focalisez vous sur les aspects suivants : comment ces personnes suspectes envoient-elles leurs messages ? Quelle est leur méthode d’attaque (menaces, harcèlement, exclusion, etc.) ? A quel moment de la journée les messages sont-ils envoyés ou publiés ? Ces schémas peuvent vous aider à affiner votre liste de suspects.

4. Si vous pensez que les menaces viennent d’un ordinateur de l’école de votre enfant :

Contactez l’administration de l’école de votre enfant. Contactez le Service Informatique de l’école, ils peuvent mener une enquête pour déterminer quel ordinateur et quelle carte d’étudiant ont été utilisés pour la connexion. Cela vous aidera à attraper l’agresseur.

5. Si aucun des éléments listés ci-dessus ne semblent fonctionner :

Vous pouvez acheter des logiciels qui retracent les e-mails ou les messages jusqu’à l’ordinateur à partir duquel ils ont été envoyés.

N’oubliez pas que vous n’êtes pas seul. De nombreuses personnes ont reçu des remarques désobligeantes d’un expéditeur anonyme ou de quelqu’un qu’ils ne connaissent pas. Si une personne ne vous connaît pas ou ne veut même pas divulguer son identité, cela vaut-il la peine de l’écouter ? Entourez-vous de personnes qui vous motivent et vous aident à avancer, pas de personnes qui cherchent à vous briser. Protégez-vous en ligne comme hors ligne en sécurisant vos informations personnelles et en choisissant bien vos amis. Il n’y a rien de plus lâche que l’anonymat.